When I re-launched my blog back in August, I was hoping the new themes would spark discussions and encourage others to share their stories.
I am therefore delighted that First Daughter’s post prompted T.C. Shelley to tell us what happened when she started to think of her body as her own.
And now, T.C. Shelley’s post inspired Sabine Zahner to write about her interpretation of the story.
Sabine is a talented photographer. You can find her on Instagram.

Very touching story… unsettling, even.

My understanding – with the energetic tools I use nowadays – gives me a different reading of the facts that I would like to share with you today.

What if this “lovely fella” was a messenger?
It is true that T.C. Shelley did not need chocolate at that precise moment. The nourishment her book was giving her was enough. She writes that is what annoyed her the most, to be interrupted in her reading, to be taken away from her spiritual nourishment at that time.

What if this sentence sounding like a judgement was something different?
What if it was a kindly and honest message from her body via a stranger on a train… you don’t need chocolate.
She took it at face value, like a criticism, because it’s her mind that reacted. But the sentence was neutral: you don’t need chocolate.

What if it was true.

This man passed on a vibratory message and this put her in a state of “anger”.
What are the physical signs when we are angry? Our face gets red, our heart beats fast, our breathing quickens. The mind detected these sensations and put on them a familiar label: anger.
What could the physical signs of a body in complete transformation be? The circulation becomes more intense for this major internal clean-up, the blood flow makes our cheeks red, accelerates our heartbeat and we feel our whole body vibrate.
Did she mistake anger for power? Her power?

“Anger” – or rather these sensations – did not leave her…

Of course! Imagine this sudden realisation! All the beliefs linked to food and its ancillary functions (to fill a void, to alleviate sorrow, to compensate a frustration…) are being deprogrammed on this train… at more than 100 km/hour!

It is interesting that this happened on a train… Was the movement there to soften the violence of the information given to T.C. Shelley, with 20 years of convictions, and those of her ancestors too, left in tatters? And at the same time, she smashed into pieces the importance of other people’s opinion.
What an inter-dimensional adventure!

«But here’s the amazing thing. I started losing weight».

When the mind is cleared from its beliefs, the body is free to function in a self-sufficient way. It is not manipulated anymore and eats what it needs. T.C. Shelley shares that she never put weight on again.

So let’s feel gratitude for the day T.C. Shelley got on that train for Perth (her capital city)… a beautiful journey towards her origin.

The body is our most precious tool. It tries to communicate with us, but too often, we ignore it. Taking refuge in our mind, we ignore it and we are cross with it when it does not want to do or be what we have planned.

This story is a story of love. From a young woman who heard the message her body was sending her. And this changed her life forever.

It would be interesting to know what the title of the book was that day.

I wish you and your body a beautiful day.
 
 
English Gardens - Chantilly Castle - France
 
Lorsque j’ai relancé mon blog en août dernier, j’espérais que les nouveaux thèmes provoqueraient des discussions et encourageraient d’autres personnes à partager leur histoire.
Je suis donc ravie que l’article de ma fille aînée ait poussé T.C. Shelley à nous raconter ce qui s’est passé lorsqu’elle a commencé à considérer son corps comme le sien.
Et aujourd’hui, c’est le témoignagne de T.C. Shelley qui a inspiré Sabine Zahner à écrire au sujet de son interprétation de cette histoire.
Sabine est une talentueuse photographe. Elle est sur Instagram.

Très jolie histoire… troublante même.

Ma compréhension – avec les outils énergétiques que j’utilise aujourd’hui – me donne une lecture différente des faits que j’aimerais partager avec vous.

Et si ce «charmant monsieur» avait été un messager ?
Effectivement, T.C. Shelley n’avait pas besoin de ce chocolat à ce moment-là. La nourriture que lui donnait son livre était suffisante. C’est d’ailleurs cela qui l’a dérangée le plus – écrit-elle – qu’on l’interrompe dans sa lecture, qu’on la coupe finalement de sa nourriture spirituelle à ce moment-là.

Et si cette phrase aux allures de jugement n’en était pas un ?
Et s’il s’agissait d’un message bienveillant et honnête de son corps via un étranger dans un train … tu n’as pas besoin de chocolat.
Elle l’a pris au premier degré comme une critique car c’est son mental qui a réagi.
Mais la phrase était neutre : vous n’avez pas besoin de chocolat.

Et c’était vrai.

Ce monsieur lui a insufflé un message vibratoire, et cela l’a mise dans un état de «colère».
Quels sont les manifestations physiques quand on est en colère ? On devient rouge, le coeur bat fort, notre respiration s’accélère. Le mental a détecté ces sensations et y a collé une étiquette qu’il connaît : la colère.
Quelles pourraient être les manifestations physiques d’un corps en total bouleversement ? La circulation se fait plus intense pour ce grand nettoyage intérieur, le flux de sang fait rougir les joues, accélère le pouls et on sent tout notre corps vibrer.
Confondait-elle la colère avec la puissance ? Sa puissance ?

La «colère» – plutôt ces sensations – ne l’ont pas quittée …

Evidemment ! Imaginez cette prise de conscience fulgurante ! Toutes les croyances reliées à la nourriture et à ses fonctions accessoires (combler un vide, réparer un chagrin, compenser une frustration,…) sont en train d’être désengrammées dans ce train… à plus de 100 km heure !

Intéressant d’ailleurs que cela se passe dans un train… est-ce que le mouvement était là pour permettre une intégration moins violente de cette information à T.C.Shelley qui faisait se désintégrer 20 ans de croyances, et celle de ses ancêtres par la même occasion ? Elle venait également de faire voler en éclat l’importance du regard des autres … Quelle aventure interdimensionnelle !

«Quelque chose d’incroyable s’est produit … j’ai commencé à perdre du poids».

Le mental étant débarrassé de ces croyances, le corps est libre de fonctionner de manière autonome. Il n’est plus manipulé et mange ce dont il a besoin. T.C. Shelley partage d’ailleurs qu’elle n’a jamais repris ce poids.

Alors gratitude à ce jour où T.C. Shelley a pris ce train pour Perth (sa capitale) … waw … un magnifique voyage vers son origine.

Le corps est notre outil le plus précieux. Il essaie de communiquer avec nous, mais nous l’ignorons trop souvent. Réfugiés dans notre mental, nous le dédaignons et nous lui en voulons quand il ne veut pas faire ou être ce que nous avons planifié pour lui.

Cette histoire est une histoire d’amour. Celle d’une jeune femme qui a entendu le message de son corps. Et cela a changé sa vie pour toujours …

Il serait intéressant de savoir quel était le titre du livre ce jour-là …

Belle journée à vous et votre corps,
 
 
 
 

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

error: Content is protected !!
%d bloggers like this: